Quel avenir pour Facebook après son entrée au Nasdaq ?

Quel avenir pour Facebook après son entrée au Nasdaq ?

Comme vous le savez sûrement à moins d’avoir été coupé d’internet depuis plusieurs mois, aujourd’huiFacebook entre au Nasdaq.

*L’IPO : L’entrée de Facebook au Nasdaq *

A 17h heure de Paris, le géant d’Internet fera son entrée en bourse. Dans le cadre de cette IPO, il mettra en vente 421 millions d’actions cotées à 38 dollars l’action (soit environ 30€)  avec possibilité de faire grimper ce chiffre jusque 484 millions de titres en cas de forte demande. Les titres seront cotés au Nasdaq sont le symbole « FB ».

Ainsi, selon divers spécialistes, ceci lui permettre de lever environ 16 milliards de dollars et ainsi d’être valorisé à 104 milliards de dollars soit 60 fois les bénéfices espérés pour l’année 2012.

L’IPO de Facebook est une des plus grosses IPO de tous temps pour une entreprise de hautes technologies. L’entreprise battrait de ce fait son concurrent Google qui avait lui été valorisé à 23 milliards de dollarslors de son introduction en bourse en 2004 (le groupe étant valorisé à environ 200 milliards à l’heure actuelle).

L’offre sera faite uniquement au moyen d’un prospectus d’émission. Des exemplaires de ce prospectus peuvent être obtenus chez : Morgan Stanley & Co. LLC, JP Morgan Securities LLC, ou Goldman, Sachs & Co.

Sur sa newsroom, Facebook met à disposition deux adresses de contact : contact investisseursinvestor@fb.com et contact presse press@fb.com si vous souhaitez les contacter.

*L’écosystème Facebook *

Facebook a été créé en 2004 par Mark Zuckerberg, depuis sa chambre d’étudiant sur le campus de Harvard. Depuis les chiffres ne cessent de grimper. Fin 2004, 1 million de membres étaient inscrits sur le réseau pour dépasser  le cap des 900 millions au 31 mars 2012.

Durant les dernières années, nous avons vu de nombreuses start-ups naître du succès de Facebook. Elles ont pour objectif de s’adresser aux plus de 901 millions d’internautes qui utilisent le réseau en proposant notamment des jeux, des applications, etc …

Le cabinet de stratégie Deloitte a notamment estimé en Janvier dernier, l’impact économique de Facebook dans l’Union Européenne à environ 15,1 milliards d’Euros et 232 000 emplois.

*Les festivités commencent *

A l’occasion de cette IPO, Facebook organise un Hackaton *au siège de Facebook à Menlo Park ! Mais qu’est-ce donc ? Il s’agit de passer *une nuit entière sur du codage informatique, celle-ci se terminera à 6h du matin ce vendredi (soit 13h GMT) lorsque Mark Zucherberg, le fondateur de l’entreprise annoncera l’ouverture du Nasdaq.

Chez Facebook, on aime les hackatons, il s’agit d’une tradition qui permet parfois de découvrir de nouvelles idées et de nouveaux talents.

*Les conséquences de l’entrée en bourse *

Cette introduction en bourse devrait doper la *Silicon Valley *car de nombreux actionnaires présents au capital de l’entreprise depuis plusieurs années vont ainsi pouvoir investir ou créer de nouvelles entreprises au cours des mois prochains.

Si Mark Zuckerberg va empocher plusieurs milliards grâce à cette IPO, ses salariés ne sont pas en reste. En effet, cette entrée en Bourse, va permettre à plusieurs centaines de salariés d’empocher des millions de dollars. Par exemple, l’artiste David Choe qui avait réalisé il y a quelques années un graff dans les bureaux de Facebook, et qui avait été payé à l’époque avec quelques parts, va aujourd’hui passer par la case banque en touchant 200 millions de dollars, un record pour la vente d’une œuvre du vivant de l’artiste.

Toujours est-il que cette introduction en bourse ne diminuera pas le poids de Mark Zuckerberg  dans les décisions d’entreprises. Le fondateur de Facebook, qui a soufflé ses 28 bougies lundi, s’étant réservé 57,3% des droits de vote au Conseil d’administration, lui laissant ainsi la main mise sur les décisions prises en comité face aux actionnaires.

Mark Zuckerberg, qui va devenir aujourd’hui* le multimilliardaire le plus jeune du monde* reste donc le seul maître à bord de son entreprise. En effet, grâce à ses parts, il est le décisionnaire majoritaire. Mais, les analystes financiers arriveront-ils à faire confiance à un PDG de moins de 30 ans, à l’image de geek en Hoodie (sweet-shirt à capuche)?

**Les analystes**, comme ils ne cessent de le rappeler, **mettent en garde contre l’emballement**, le site aux 901 millions d’utilisateurs a quelques ombres au tableau: une **croissance en ralentissement et nombre croissant d’utilisateurs mobinautes**, alors que la publicité sur mobile en est encore à ses balbutiements. Or, **une grosse majorité (85%) des revenus de Facebook proviennent de la publicité**, un chiffre important certes mais ne représentent que 5% des 600 milliards de dollars dépensés chaque année en publicité sur internet. Le PDG de Facebook risque donc de subir quelques pressions afin de change cet état de fait de faire grossir ce chiffre, **un enjeu d’autant plus important **à l’heure actuelle où de nombreux annonceurs coupent leur budget publicitaire et l’annoncent publiquement (cas notamment de General Motors cette semaine, pour un budget de 10 millions). Il semblerait donc que pour satisfaire ses actionnaires, l’entreprise devra faire quelques **changements dans sa stratégie**. Un enjeu majeur serait au niveau de **la publicité sur mobile **et notamment via les applications pour Smartphones. En effet, plus de la moitié des internautes se connectent sur Facebook via une de ces applications, le problème étant qu’aucune publicité n’est actuellement possible sur le réseau mobile. Un défaut auquel, le géant d’internet devra remédier s’il veut continuer à augmenter ses recettes publicitaires. Une autre** rumeur** quant aux changements de stratégie pour Facebook serait** la fin de la gratuité** pour les utilisateurs. Un point qui pose problème car l’entreprise a bâti sa notoriété sur ce fait **« Facebook est gratuit (et le restera toujours)»**. Cependant, on constate déjà l’apparition d’options payantes pour les utilisateurs, avec notamment les**« highlights »**, des posts qui apparaitraient en priorité sur les fils d’actualité de ses amis moyennant payement. Cependant, malgré un ralentissement de sa croissance de revenus sur le premier trimestre, Facebook a des réserves de croissance importantes :
- La **Chine**, qui reste encore un marché à investir fortement et où l’internet est encore en pleine explosion. - De plus, Facebook connaît depuis quelques mois **une croissance très forte sur des marchés émergents **que sont l’Inde et l’Indonésie. - **L’absence de concurrent majeur :** Google+ ne parvenant pas à rassembler les utilisateurs de réseaux sociaux et  même si d’autres comme Twitter ou Path sont en forte croissance, ils doivent encore s’étoffer.
Cette IPO promet donc de **nombreux changements et évolutions pour Facebook dans les mois et années à venir**, en tous cas à l’heure actuelle, elle lui permet de s’affirmer comme **un acteur majeur de l’internet **et comme le leader sur le secteur des réseaux sociaux. **Quant à nous, reste à découvrir ce que deviendra Facebook suite à son IPO, en espérant que les changements nous plairont ! **

marion

0

comments powered by Disqus